CHARTE DE LA RANDONNEE – « Randon’Aviron EDF » -

Il est important que chaque acteur de la randonnée respecte des engagements.

LES ENGAGEMENTS DU RANDONNEUR

Le rameur randonneur reconnaît :

  • Etre en possession d’une licence de la FFSA en cours de validité. (Les rameurs pratiquant à l’étranger et licencié d’une fédération nationale doivent être couverts en prenant un titre

    initiation).
  • Savoir bien nager.

  • Avoir un niveau de forme physique et de pratique en aviron suffisant pour accomplir le parcours.

  • Respecter le code de la navigation en vigueur, les règles et consignes mises en place par l’organisateur.

A bord de chaque embarcation :

  • Chaque rameur doit avoir à sa disposition une brassière de sécurité.

  • L’équipage est muni d’écopes et d’une corde de 10 m de longueur et d’un diamètre de 10 mm pour amarrage

    et remorquage éventuel. Selon la manifestation, une gaffe ou un compas peuvent être exigés.

  • L’équipage nomme en son sein un chef de bord (qualifié et majeur) qui doit :

- Veiller à la sécurité de l’équipage et au respect de la réglementation fluviale ou maritime.

- Connaître le programme de la randonnée et les consignes de sécurité. Il assiste aux éventuelles réunions.

- Vérifier l’état du matériel avant le départ.

- S’assurer de l’expérience et de la compétence de ses équipiers et du barreur.

LES ENGAGEMENTS DE L’ORGANISATEUR

L’organisateur est une association membre de la FFSA.

L’organisateur de randonnée s’engage à :

  • Etre en possession des autorisations administratives nécessaires.

  • Avoir obtenu à l’avance par sa compagnie d’assurance toutes les garanties nécessaires concernant la couverture des risques éventuels.

  • Mettre en place et maintenir durant toute la durée de l’épreuve une logistique et un dispositif de sécurité adapté en accord avec les autorités compétentes (police fluviale, affaires maritimes…).

  • Préciser dans le programme envoyé aux participants, le caractère de l’épreuve (non compétitif), le type d’embarcations adapté au plan d’eau (mer, rivière, mixte…) ainsi que les aménagements éventuels à réaliser sur les embarcations (pontages, etc.).

  • Avertir les participants des horaires et caractéristiques du parcours, des consignes de sécurité. Consigner ces informations dans un document écrit à transmettre aux chefs de bord avant le départ.

  • Afficher et rappeler les informations concernant le parcours.

  • Pour les randonnées en rivière, lac et mer, ainsi que sur les canaux sur lesquels on procède à l’éclusage, un nombre minimum de bateaux à moteur doivent assurer la sécurité.

  • Sur les canaux de faible largeur, en l’absence d’éclusage des embarcations (le franchissement des écluses se faisant par portage), une sécurité « mobile » pourra être assurée depuis le chemin du halage.

Bonne Randonnée !

 

 

 

www.locosite.com